Skunk Anansie

De la noblesse werchtersienne. Skunk Anansie a participé trois fois au festival, la chanteuse Skin deux fois en solo et le batteur Mark Richardson également deux fois en tant que membre de Feeder. Le groupe et la chanteuse n’ont tenu ensemble, dans une première vie, que quelques années, certes, mais quel résultat ! Entre 1995 et 1999 leurs trois albums – et les singles qui en ont découlé – sont, mis ensemble, restés 150 semaines dans le hit-parade anglais. Ces succès ont fait de Skunk Anansie un des groupes de référence des années 90. Le mérite en revient surtout à Skink. Et pour cause, la demoiselle chauve, bisexuelle et black est un aimant vivant. Elle suscite la controverse et n’hésite pas à afficher ses opinions politiques. Mais elle jouit surtout d’une voix phénoménale et d’un groupe fort. Le rock flirtant avec le métal de Skunk Anansie donne naissance à des classiques tels que ‘I Can Dream’, ‘All I Want’ en ‘Weak’. En 2001 : tout s’arrête. Les membres partent chacun de leur côté. Ils n’avaient pourtant pas dit leur dernier mot : huit ans plus tard ils nous reviennent avec un album remarquable : ‘Smashes & Trashes’ (2009) un best of, un oubli de leur première vie, et puis aussi… le coup d’envoi idéal pour leur deuxième.